À PROPOS DE LA SÉRIE SIONRAH

LE MESSAGE DERRIÈRE L'ÉCRITURE

Vous savez, il faut parfois avoir de l'audace dans la vie. Croire suffisamment en son propre potentiel et braver les préjugés si on veut relever certains défis de taille. Moi, Line Bordeleau, je n'étais pas prétestineé à devenir écrivaine, l'idée ne m'avais même jamais traversé l'esprit avant de me lancer corps et âme dans cette grande aventure. Je me sens donc contrainte de vous rappeller ici que j’ai découvert la lecture à 35 ans et l’écriture, alors que j’avais dépassé la quarantaine. Comme quoi tout est possible... Le truc, c'est de passer outre le jugement des autres et ne surtout pas avoir peur des qu'en-dira-t-on.

Celà dit, ce que je désire le plus en tant qu’auteure c’est d'entraîner, dans mon enthousiasme débordant pour l’écriture et les bonnes histoires, quelques lecteurs au passage. Si en plus je parviens à susciter, même le plus banal des questionnements, je pense que j'aurai rempli mon mandat. Je ne voudrais surtout pas que vous me croyez sur parole,  je préfèrerais plutôt que vous cherchiez vos propres réponses. 


Au départ, la série Sionrah est née d’un questionnement, d’une réflexion que je me suis faite sur ce que l'avenir nous réserve. Voilà précisément l'idée de départ qui m’a amenée à prendre la plume (ici, le terme clavier d'ordinateur serait plus juste, mais beaucoup moins poétique). Mégane et Leyla Wallace, mes deux héroïnes, ne sont pas sorties tout droit de mon imagination, elles sont plutôt une tentative de ma part d’octroyer à mes deux véritables filles des rôles importants dans cette saga humaine qui se joue en ce moment même sur la Terre, si chère à mon cœur. 

Même si l'histoire est ponctuée d'épisodes particulièrement violents, il reste que j'ai foi en l'avenir. J'ai également foi en nos enfants. Je pense qu'ils détiennent une clé. Ils savent des choses, inconsciemment peut-être, que nous, adultes, avons oublié. Certains naissent même avec des facultés sensorielles et psychiques extraordinaires, avec des dons tout à fait phénoménaux, tout comme c’est le cas des deux Héritières de Sionrah. Les touts petits qui s'incarnent à l'heure actuelle viennent pour nous aider à combattre le mal sous toutes ses formes. Leur mission est de nous aider à dépasser nos faiblesses. 

J’aime à croire que toutes les jeunes filles se reconnaîtront dans les personnages de Leyla et Mégane. J’aime à penser qu’elles trouveront dans cette lecture la force d'assumer leurs rôles et la volonté de faire une différence.


En sachant que nous sommes entourés d'Anges, nos enfants, je suis persuadée que l’avenir ne peut qu’être lumineux. 

 

UN STUPÉFIANT BAGAGE GÉNÉTIQUE

Sionrah est en réalité le nom d'une petite ville fictive, un endroit un peu glauque, sorti tout droit de mon imagination. Il règne dans cette ville ainsi que sur le domaine de la Pointe-aux-Roches une terrible malédiction. Tous ceux et celles qui ont habité le manoir l'ont d'ailleurs payé de leur vie, décédés dans des circonstances pour le moins nébuleuses. Toutefois, deux enfants ont échappé à cette condamnation: Mégane et Leyla Wallace, les deux héroïnes de ce roman fantastique.  

Dans ce premier ouvrage, inspiré d'une prophétie véritable, j’ai voulu mettre en scène l'histoire, un peu étrange, de Mégane et de Leyla Wallace qui, au fil du récit, découvriront, chacune à sa façon, qu'elles possèdent des dons tout à fait exceptionnels. Conviées dans un univers parallèle, les deux jeunes femmes apprendront à développer leurs pouvoirs avant de revenir sur Terre pour accomplir leur mission.

LES HÉRITIÈRES

LE MAL EXISTE...

L'ORDRE

Tout comme pour le premier tome, Alfred Bartholdi a rédigé le prologue. C’est lui, qui du point de vue d’un narrateur averti, raconte les événements. Il fait même quelques retours en arrière, afin de bien clarifier l’intrigue avant de poursuivre. Ne vous fiez surtout pas à son âge, car même s'il a aujourd’hui atteint l'âge de cent treize ans, son esprit reste particulièrement lucide. Ce vieux chnoc malcommode connaît le nom du troisième enfant, mais il se gardera bien de le révéler, laissant au lecteur le loisir de le découvrir par lui-même. Alfred est un homme extrêmement intelligent, consciencieux, mais surtout, rigoureux dans son travail. D’ailleurs, il parlera de ses nombreuses découvertes. Autant le dire tout de suite, les révélations qu’il fera seront d’une importance cruciale pour la suite de l’histoire.

Les Héritières se termine sur un point fort de l’intrigue. L'Ordre démarre également sur un point fort. Le lecteur sera transporté, dès les premières lignes, au cœur de l’action.

Un jeune garçon est témoin d’un meurtre atroce, mais il n’ose rien dire. Pourquoi? Parce qu’assurément, on le prendrait pour un fou. Pas de corps. Pas de mobile. Pas de preuves. Pas même de meurtrier. C’est à se demander si le crime dont il a été témoin a véritablement eu lieu! C’est en parcourant les journaux qu’il comprendra cependant que ses cauchemars sont bien réels…

L'ESPOIR DISPARAÎT

Dans ce troisième volet, l'espoir dispraît peu à peu du coeur des hommes. La situation mondiale ne cesse de s’envenimer alors que l’Ordre est en voie de prendre le contrôle de la planète. Le monde est au bord du gouffre, un seul faux pas et tout bascule.

Est-ce le début de la fin? Les enfants de la treizième prophétie ont-ils faillis à la tâche? L'humanité est-elle condamnée à s'éteindre? Une chose est sûre, il ne sera pas facile pour les élus de faire dévier la tramme sur laquelle l'histoire s'est engagée.

Plein de péripéties et de rebondissements inatendus, ce suspens fantastique vous captivera jusqu'à la dernière page.  

LES MONTAGNES DE LA LUNE

LA FIN EST PROCHE

LA FIN D'UN MONDE

Une seule chose peut désormais rétablir l'équilibre sur Terre : la fusion des trois âmes. Tandis que l'Ordre met en place une terrible pandémie visant à réduire la population mondiale, les forces de la nature se déchaînent et des gens meurent par milliers. Le règne des hommes est compté et on sent bien que la date butoir est proche. 

À l'aube du nouveau millénaire, La fin d'un monde expose les cruautés et les injustices d'une société en péril. Alors que tout semble définitivement perdu, il suffit pourtant d'une toute petite étincelle pour que rejaillisse l'espoir... 

Le mal existe. Il règne dans certains esprits, s’incarne dans certains êtres. Malgré cette affligeante vérité, le bien gagne du terrain. Il trace sa voie à travers la noirceur opaque de la négligence et de l’indifférence. Il éclaire au passage la misère, l’infamie, la corruption et la violence pour que tous ces maux soient un jour éradiqués...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.