CE QU'ON DIT DE SIONRAH

DOSSIER PRESSE Tome - III, LES MONTAGNES DE LA LUNE

Alors que le deuxième tome promettait déjà un bel avenir pour la série québécoise Sionrah, la suite, Les montagnes de la Lune, confirme cette prédiction avec une force et une précision indéniable. Pour ce roman, Line Bordeleau fait éclater encore plus son récit pour transporter le lecteur dans la complexité du monde qu’elle a pris le temps de mieux présenter dans le deuxième tome. Plus court, ce livre est bien mieux rythmé, plus intense et très adroit narrativement. C’est maintenant chose officielle et assumée : cette série fera l’office de classique avec l’aide d’une visibilité adéquate.

Alors que le tome deux était à cheval entre deux récits bien distincts, situés à deux endroits très éloignés dans l’espace, le troisième tome assume encore plus sa dimension mondiale et fait beaucoup voyager le lecteur. L’Afrique est le théâtre d’opérations principal pour le livre, mais le Québec n’est pas abandonné pour autant. Le lecteur a aussi droit au voyage particulier d’un américain qui tente de se rendre illégalement au Canada. Je le répète : c’est pour le mieux que cette série a pris une dimension aussi épique. Les éléments fantasy et reliés à la science-fiction ne peuvent que bénéficier de cette pluralité de points de vue. Aller chercher un des enfants de la treizième prophétie dans le cœur de l’antre du mal est en soi une audace scénaristique, mais Line Bordeleau relève le défi haut la main.

Par moments, on se demande pourquoi tout est si facile pour les protagonistes, mais la misère, la difficulté et les pertes irréparables ne tardent pas à se montrer en quantité industrielle. Chaque personnage est blessé d’une manière ou d’une autre dans les pages de cette histoire. Le petit côté naïf du premier tome a complètement disparu dans Les Montagnes de la Lune. Le lecteur a affaire à une histoire complexe, bien présentée et qui nous laisse adroitement sur notre faim.

Pour ce troisième opus, nous comprenons encore mieux comment fonctionnent les forces en présence dans l’univers de Sionrah. Les deux jeunes femmes sont maintenant loin d’être les seules actrices dans le sauvetage du monde connu et libre. Les alliés se font de plus en plus nombreux (tout comme les ennemis) et apportent un côté plus réaliste à ce grand combat entre le bien et le mal. J’apprécie beaucoup plus les deux personnages principaux depuis que je les sais vulnérables et dépendantes d’autres acteurs plus qualifiés pour les aider dans certaines parties de leur quête.

Alors que des journalistes tentent de montrer au monde vers quelle perte ils courent, le gouvernement continue d’agir en tant que pantin des forces du mal. À un autre endroit, un personnage fait une rencontre qui le rend profondément suspicieux. Pendant ce temps, d’autres personnages se retrouvent au Congo pour tenter d’aider Leyla et Mégane qui sont à la recherche de Kireg. La fin du récit est puissante et captivante. Un retour en Anwinn est même de mise ! Je voulais simplement vous donner un aperçu de tout ce qui se passe en même temps dans ce roman. Line Bordeleau commence à maitriser son récit et cela transparaît dans chaque nouveau point de vue et chaque nouvelle situation. Je suis maintenant abonné à Sionrah, j’attends la suite avec une impatience avide!

 

Jérémie Bernard,

Tiré du site : jestermind.com 

DOSSIER PRESSE Tome - II, L'ORDRE

Line Bordeleau a réussi un coup de maître avec ce deuxième tome de Sionrah. Ce qui était au début une banale histoire de prophétie, classique vu et revu dans la littérature jeunesse fantasy québécoise, se transforme dans L’ordre en une grande fresque qui non seulement mélange fantasy et science-fiction, mais prend la trame originale de Sionrah pour la pousser au maximum et ainsi offrir une série beaucoup plus poussée que ce qu’un classique jeunesse aurait eu l’audace de faire. Beaucoup de maturité et d’excellentes décisions narratives sont au rendez-vous. Ce livre prend le premier Sionrah et le projette bien plus loin, dans les méandres de la spiritualité et de l’Histoire revisitée. Je vous lance l’invitation : jetez un coup d’œil à cette série ! Je l’ai fait, et j’en suis ressorti impatient de lire la suite.

Beaucoup plus substantiel déjà par son épaisseur, le deuxième tome de Sionrah a beaucoup à raconter. Line Bordeleau prend le risque ici de décupler ses récits, de transporter le lecteur à différents endroits dans le monde, pour ensuite relier le tout. L’effet est réussi, puisque cela complexifie l’histoire et la rend bien plus intéressante. Autre bon point de ce tome : les personnages principaux, Leyla et Mégane, ont beaucoup plus d’aide adulte. De voir des protagonistes un peu plus vieux voler la vedette le temps de quelques chapitres m’a permis de m’identifier à quelqu’un, donc d’accrocher au récit bien plus profondément que la dernière fois. Armée de toute cette batterie de personnages différents, l’auteure peut maintenant être certaine que Sionrah peut rejoindre tout type de lectorat.

Le récit de base présenté dans le premier tome se décuple en diverses branches qui ont toutes le pouvoir de pousser la curiosité de façon très habile. Plus rien n’est laissé au hasard et le lecteur a maintenant divers moyens d’en apprendre plus sur l’univers trop peu effleuré dans le premier opus. Le voyage dans l’Annwin était certes intéressant, mais rien d’assez solide ne rattachait ces éléments à la réalité pour que le tout élève la série au niveau qu’elle est maintenant avec L’ordre. Le lecteur apprend de nouvelles informations en suivant une journaliste en cavale, ou alors il a droit au chapitre suivant à quelques lignes de dialogues entre quelques méchants ou même à un chapitre où des forces supérieures prennent encore le temps d’expliquer aux deux élues la teneur de leur mission.

Line Bordeleau connait très bien les théories spirituelles qui peuplent notre planète, et les incorpore très bien à sa science-fiction teintée de fantasy. Le lecteur n’est plus laissé à lui-même, il comprend mieux l’origine du merveilleux dans la réalité, ainsi que le danger réel que Goulhen représente pour le monde libre. L’auteure n’aurait pas pu mieux continuer sa série!

Le Québec a besoin de plus de séries comme Sionrah, qui rappellent les grandes fresques tissées de main de maître par les auteurs américains et anglais. À cheval entre deux genres et deux lectorats, Line Bordeleau parvient, avec L’ordre, à satisfaire les amateurs de science-fiction et de fantasy, mais aussi à intéresser un public jeunesse autant qu’un public adulte. On ne peut que souhaiter autant de qualité pour le troisième tome! Comme quoi prendre le temps de remettre en question son univers et d’en expliquer les bases et les mécaniques fait toute la différence…

 

Jérémie Bernard

Tiré du site : jestermind.com 

DOSSIER DE PRESSE Tome - I, LES HÉRITIÈRES

« Sionrah est une histoire absolument fascinante qui fera beaucoup de bien. Les jeunes (et les moins jeunes) qui liront ce livre auront probablement le goût de changer le monde pour le mieux... » Christine Michaud, Club de lecture Archambault

 

«Il est captivant pour son intrigue, ses multiples rebondisse­ ments, sa profondeur et ses personnages étoffés et attachants. Ça se termine sur un tel suspense qu’on voudrait déjà avoir les tomes II et III sous la main... Mais il faudra patienter ! » Valérie Lesage, Le Soleil

 

« Deux héroïnes fortes et attachantes mises en scène dans un récit enlevé et plein de rebondissements. Bref, une incursion réussie dans le monde de la littérature pour une autodidacte talentueuse. » Jonathan Franco, Primeurs

 

« Les adolescents aimeront ce livre en quête de réel et de magie : le bien contre le mal, la lumière contre l’ombre. Finalement, on se demande si nous sombrerons avec l’apocalypse. Une série à suivre... » Genoveffa Fiorin, Jeunesse Culture

 

« Une série fantasy qui s’annonce prometteuse ! » Louise Chevrier, La Terre de chez nous (Longueuil) 

 

 

«Je viens de vivre une expérience foudroyante et magique! Je n’ai pratiquement pas réussi à déposer ce livre avant de l’avoir terminé. Je suis fascinée par cette histoire et l’ouverture de conscience qu’elle initie... J’avais l’impression d’accompa­ gner les héroïnes dans leur périple et ça faisait longtemps qu’on n’avait pas autant capté mon intérêt! Je suis déjà impatiente de découvrir la suite ! » Christine Michaud, Club de lecture Archambault «

 

« L’auteure, dont c’est le premier livre, a travaillé une demi­dou­ zaine d’années sur cette intrigue bien ficelée, avec une surabon­ dance de dialogues et de péripéties. » Mathieu Perrault, La Presse 

 

«L’auteure a tissé une trame riche et un univers cohérent qui augure bien pour la suite." Le Libraire

 

«Chaque ligne est ciselée comme une sculpture dans le beau matériau des mots. » Daniel Rolland, Culture Hebdo 

« Ce premier volet ravira les lecteurs du genre assurément. » Daniel Rolland, Culture Hebdo 

 

« Le roman a connu un beau succès en librairie et on comprend pourquoi à sa lecture. » Martin Thibault, Magazine Full fille 

 

Desktop5

Alors que le deuxième tome promettait déjà un bel avenir pour la série québécoise Sionrah, la suite, Les montagnes de la Lune, confirme cette prédiction avec une force et une précision indéniable. Pour ce roman, Line Bordeleau fait éclater encore plus son récit pour transporter le lecteur dans la complexité du monde qu’elle a pris le temps de mieux présenter dans le deuxième tome. Plus court, ce livre est bien mieux rythmé, plus intense et très adroit narrativement. C’est maintenant chose officielle et assumée : cette série fera l’office de classique avec l’aide d’une visibilité adéquate.

Alors que le tome deux était à cheval entre deux récits bien distincts, situés à deux endroits très éloignés dans l’espace, le troisième tome assume encore plus sa dimension mondiale et fait beaucoup voyager le lecteur. L’Afrique est le théâtre d’opérations principal pour le livre, mais le Québec n’est pas abandonné pour autant. Le lecteur a aussi droit au voyage particulier d’un américain qui tente de se rendre illégalement au Canada. Je le répète : c’est pour le mieux que cette série a pris une dimension aussi épique. Les éléments fantasy et reliés à la science-fiction ne peuvent que bénéficier de cette pluralité de points de vue. Aller chercher un des enfants de la treizième prophétie dans le cœur de l’antre du mal est en soi une audace scénaristique, mais Line Bordeleau relève le défi haut la main.

 

Par moments, on se demande pourquoi tout est si facile pour les protagonistes, mais la misère, la difficulté et les pertes irréparables ne tardent pas à se montrer en quantité industrielle. Chaque personnage est blessé d’une manière ou d’une autre dans les pages de cette histoire. Le petit côté naïf du premier tome a complètement disparu dans Les Montagnes de la Lune. Le lecteur a affaire à une histoire complexe, bien présentée et qui nous laisse adroitement sur notre faim.

Pour ce troisième opus, nous comprenons encore mieux comment fonctionnent les forces en présence dans l’univers de Sionrah. Les deux jeunes femmes sont maintenant loin d’être les seules actrices dans le sauvetage du monde connu et libre. Les alliés se font de plus en plus nombreux (tout comme les ennemis) et apportent un côté plus réaliste à ce grand combat entre le bien et le mal. J’apprécie beaucoup plus les deux personnages principaux depuis que je les sais vulnérables et dépendantes d’autres acteurs plus qualifiés pour les aider dans certaines parties de leur quête.

Alors que des journalistes tentent de montrer au monde vers quelle perte ils courent, le gouvernement continue d’agir en tant que pantin des forces du mal. À un autre endroit, un personnage fait une rencontre qui le rend profondément suspicieux. Pendant ce temps, d’autres personnages se retrouvent au Congo pour tenter d’aider Leyla et Mégane qui sont à la recherche de Kireg. La fin du récit est puissante et captivante. Un retour en Anwinn est même de mise ! Je voulais simplement vous donner un aperçu de tout ce qui se passe en même temps dans ce roman. Line Bordeleau commence à maitriser son récit et cela transparaît dans chaque nouveau point de vue et chaque nouvelle situation. Je suis maintenant abonné à Sionrah, j’attends la suite avec une impatience avide!

Jérémie Bernard,

Tiré du site : jestermind.com 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×